› LE CANCER DU SEIN

Le cancer du sein est le cancer féminin le plus fréquent et le deuxième cancer dans la population après celui de la prostate

Sur les huit millions de nouveaux cas de cancer enregistrés en Afrique en 2012, plus de la moitié (57 %) l’ont été dans les pays les moins développés de la planète..

On estime aussi que sur les 5,3 millions de morts liées à cette maladie, en 2012, plus de 67 % sont survenues dans ces mêmes régions. Et les prévisions pour les années à venir ne sont pas des plus optimistes : sur les près de 10 millions de décès dus au cancer à prévoir l’année prochaine près, de 7 millions surviendront dans les pays qui réalisent moins de 5 % de la croissance mondiale.

En Afrique, la tendance s’aggrave. Croissance et vieillissement de la population, urbanisation, incidence des maladies infectieuses comme le VIH, manque d’agents de santé formés à la cancérologie, insuffisance d’établissements et de matériels dédiés… Sur le plan mondial aussi, le nombre de cancers du sein augmente. Quelque 1,7 million de cas ont été diagnostiqués en 2012, soit une augmentation de plus de 20% depuis les dernières estimations en 2008. Ainsi, en 2012, 6,3 millions de femmes vivaient avec un cancer du sein diagnostiqué dans les 5 dernières années.

Le cancer du sein est associé à un bon pronostic : 86% des personnes sont en vie 5 ans après le diagnostic et 76% dix ans après (chiffres Inca 2015). Mondialement, l’âge moyen au moment du diagnostic est de 63 ans. Cependant, même s’il est beaucoup plus fréquent après la ménopause, le cancer du sein survient aussi chez les jeunes femmes. Le cancer du sein est bien sûr majoritairement féminin. Cependant, 1% des cas de cancers du sein concerne aussi des hommes.

  • Symptômes

    Il est possible que le cancer du sein ne cause aucun signe ni symptôme au tout premier stade de la maladie. Les symptômes apparaissent quand la tumeur au sein est suffisamment grosse pour qu’on sente la masse au toucher ou quand le cancer s’est propagé aux tissus et organes voisins. D’autres affections médicales peuvent causer les mêmes symptômes que le cancer du sein.

    Le symptôme le plus fréquent est une masse ferme ou dure qui est très différente du reste du tissu mammaire. Elle peut sembler fixée à la peau ou au tissu mammaire voisin. La masse ne rétrécit pas ou ne disparaît pas et ne réapparaît pas au cours du cycle menstruel. Elle peut être sensible mais n’est généralement pas douloureuse. (La douleur est plus souvent le symptôme d'une affection non cancéreuse.)

    Il arrive souvent que le carcinome lobulaire ne forme pas de masse. On a plus l’impression que le tissu mammaire s’épaissit ou durcit. Les autres symptômes du cancer du sein peuvent être ceux-ci:

    • masse à l'aisselle (creux axillaire)
    • changement de la taille ou de la forme du sein
    • changements mamelonnaires, comme un mamelon qui commence soudainement à pointer vers l’intérieur (mamelon inversé)
    • écoulement du mamelon sans qu’on le comprime ou qui est teinté de sang

    Les signes et symptômes tardifs se manifestent quand la masse cancéreuse grossit ou se propage à d'autres parties du corps, dont d'autres organes :

    • douleur osseuse
    • perte de poids
    • nausées
    • perte d’appétit
    • jaunisse
    • essoufflement
    • toux
    • maux de tête
    • vision double
    • faiblesse musculaire

  • Diagnostic

    Le diagnostic est un processus qui permet d’identifier la cause d’un problème de santé. Le processus diagnostic du cancer du sein débute habituellement quand vous trouvez une masse dans l’un de vos seins ou quand une mammographie de dépistage semble indiquer un trouble mammaire. Votre médecin vous questionnera sur les symptômes que vous éprouvez et vous fera un examen physique. En se basant sur ces informations, il est possible que votre médecin vous dirige vers un spécialiste ou vous prescrive des examens afin de vérifier la présence d’un cancer du sein ou d’autres problèmes de santé.

    Pour confirmer et affiner le diagnostic, les médecins utilisent d’abord les examens d’imagerie puis procèdent à une analyse biologique de la tumeur.

    Le premier examen est souvent la mammographie. C’est une radiographie, à rayon X, des seins. Une tumeur se traduit soit par une masse soit par la présence de petits points blancs, les "micro-calcifications", dont le nombre, la forme, la répartition permettent de suspecter ou non l’existence d’un cancer.

    La mammographie est parfois complétée par deux autres examens d’imagerie :

    • L’échographie utilise quant à elle la technique des ultrasons. Elle permet de dire, par exemple, si la boule repérée à l’échographie, est un kyste composé de liquide ou plutôt une tumeur solide.
    • Plus rarement, le médecin peut demander un examen d’IRM (imagerie à résonnance magnétique). Il est loin d’être systématique mais peut notamment permettre, lui aussi, de faire la différence entre une anomalie bénigne et une anomalie maligne. Il peut aussi servir à vérifier si le cancer s’est propagé ou s’il y a une récidive locale, pour les personnes ayant déjà été traitées pour un cancer du sein. Après l’imagerie, la confirmation du diagnostic se fait grâce à l’examen anatomo-pathologique d’un fragment du tissu mammaire.
    Seul l’examen effectué au microscope d'un prélèvement permet de confirmer avec certitude le diagnostic d’un cancer du sein. Plusieurs possibilités s’offrent au médecin :

    • La cytoponction à l’aiguille : le médecin repère la lésion manuellement et effectue un prélèvement avec une aiguille très fine.
    • Les microbiopsies avec repérage manuel ou écho-guidée : après une petite incision cutanée, le médecin effectue plusieurs micro-prélèvements.
    • La macrobiosie stéréotaxique : le repérage se fait par rayons X, 6 à 12 prélèvements sont effectués. Ces prélèvements sont ensuite étudiés au microscope, ce qui permet de définir s’il s’agit d’une lésion bénigne ou d’un cancer. Dans le second cas, il faudra alors aller plus loin et caractériser la tumeur : stade, type de cancer, etc.


    Après analyse, si les résultats laissent penser que le cancer a pu s’étendre dans d’autres parties du corps, des examens complémentaires peuvent être prescrits, radiographie du thorax, scanner, IRM et scintigraphie osseuse notamment

  • Traitement

    Le traitement dépend du stade d'avancement. Le traitement dépend du stade du cancer, et peut inclure une chimiothérapie, une radiothérapie et une intervention chirurgicale.

    › Chirurgie


    - Plastie mammaire
    Opération esthétique visant à augmenter ou réduire la taille des seins, ou à reconstruire un sein.
    - Expansion tissulaire
    Insertion d'un ballon sous la peau, gonflé progressivement pour étirer et allonger la peau et les tissus environnants.
    - Lymphadénectomie
    Ablation chirurgicale d'un ganglion lymphatique.
    - Tumorectomie
    Ablation chirurgicale d'une masse (tumeur) dans un sein.
    - Mastectomie
    Ablation chirurgicale de la totalité ou d'une partie du sein.

    › Procédure médicale
    - Radiothérapie externe
    La radiothérapie utilise les rayons X ou d'autres rayons à haute énergie pour détruire les cellules cancéreuses et réduire les tumeurs.
    - Radiothérapie
    Traitement qui utilise des rayons X et d'autres rayons à haute énergie pour tuer les cellules anormales.

    › Médicaments
    - Modulateur œstrogénique
    Imite l'effet des œstrogènes sur divers tissus, y compris les seins, les os et les organes reproducteurs.
    - Chimiothérapie
    Tue les cellules qui se développent ou se multiplient trop rapidement.
    - Hormonothérapie
    Traite les cancers hormonodépendants

    › Spécialistes
    - Oncologue
    Spécialité axée sur le traitement du cancer.
    - Radio-oncologue
    Traite le cancer et contrôle son évolution en prescrivant des séances de radiothérapie.
    - Médecin traitant
    Prévention, diagnostic et traitement des maladies.
    - Chirurgien plasticien
    Reconstruction des parties défectueuses, endommagées ou manquantes de l'organisme.
    - Chirurgien
    Traitement de maladies par le biais d'opérations.